Savourer l'instant

Pour faire face aux contrariétés, bien dormir est une priorité !

 « Le sommeil est aussi important pour la santé que la nourriture et l’exercice physique » nous disent les médecins. Une bonne nuit dans les bras de Morphée c’est se sentir en pleine forme au réveil, les idées claires et un corps détendu, prêt à prendre les meilleures décisions. Et si « le sommeil est vital pour notre organisme et notre psychisme », c’est aussi l’un des meilleurs défenseurs de notre immunité !  Avec les actualités préoccupantes de ces derniers jours, nos émotions sont plus que chahutées ; repères en déroute, optimisme ébranlé, organisation à repenser, (petits) enfants épuisants débordants d’énergie… A l’heure du coucher beaucoup d’entre nous ont beau compter les moutons, ils ont bien du mal à s’assoupir ! Quelques conseils tout d’abord pour s’assurer un sommeil de qualité, avant d’énumérer tous les effets d’une nuit réparatrice : sentiment de bien-être en hausse quand stress et fatigue perdent du terrain.

 

Astuces pour aborder votre nuit dans de bonnes conditions

D’abord, soyons raisonnables : un minimum de 6 à 8 heures est nécessaire. La régularité du rythme compte aussi. Même si, en confinement, nos emplois du temps volent en éclat, il est important de respecter l’horaire du coucher et continuer à mettre son réveil le matin. Tout aussi importants sont les rituels d’endormissement : douche tiède, quartier de pomme ou tasse de lait au miel après un diner léger… à chacun son truc pour signaler à nos neurones qu’il est temps de ralentir. Choisissons un bon lit douillet dans une chambre isolée du bruit avec une température de 18° à 19° maximum, puis fermons les persiennes : elles permettront d’éviter toutes sources lumineuses excessives, mais laisseront passer les premières lueurs de l’aube. Et enfin ôter télé, ordi, smartphone de la chambre… D’abord parce que leur lumière bleue perturbe la mélatonine, donc notre horloge biologique. Ensuite, parce que dans la journée nous avons déjà eu notre lot d’informations chagrines. Il est temps de libérer notre mental de toutes ces notifications intempestives sur Facebook, WhatsApp, SMS… Préférez-donc vous ouvrir un « petit carnet d’auto-hypnose » où vous prendrez l’habitude de noter tout ce qui s’est passé dans la journée et de vous concentrer sur vos petites victoires personnelles et les bonnes nouvelles : à relire en vous couchant pour clore sur une note positive apaisante. C’est mieux que les chaînes d’info en continu !
Éteignons les alarmes de notre cerveau avant de nous abandonner à la tendresse de la nuit.

=> Voir tous les conseils du Dr Philippe Rodet spécialiste en gestion du stress

 

3 bienfaits essentiels du sommeil

Il fait baisser le niveau de stress
Il régénère notre système musculo-squelettique
Il développe nos facultés intellectuelles

 

Le sommeil : un anti-stress

Il nous faut absolument dormir suffisamment pour absorber avec le moins de stress possible la période que nous traversons. Le sommeil nous sauve de l’état d’esprit anxieux dû au trop plein de cortisol (l’hormone du stress). Moins nous dormons plus nous sommes irritables et plus les pensées négatives nous envahissent et fragilisent notre santé. Quel cercle infernal !

Retour au calme donc avec une bonne nuit réparatrice et sieste de 20 minutes minimum pour retrouver notre équilibre, reprendre le dessus, gérer la situation de  confinement « comme un chef » et en prime, apaiser et rassurer notre entourage.

De fait, n’oublions pas que le stress se communique à nos enfants par exemple qui ont moins de filtres et de recul. Alors au moment du coucher avec doudou si possible, rassurons-les au maximum et n’oublions pas que l’écoute, les bisous, les câlins, les rires leur sont autant bénéfiques qu’à nous.

Pour les solos, les livres, la musique, le tricot… adoucissent les pensées et permettent l’évasion dans des cieux plus enchanteurs… propices à l’endormissement.

 

Le sommeil : un tranquillisant musculaire

Dormir de tout son soûl permet d’abord de se reposer de la fatigue physique. Pendant la nuit nous récupérons nos forces laissant tout notre système musculo-squelettique vivre au ralenti. En parallèle notre métabolisme s’active à nous fabriquer des hormones, hormone de croissance, celle dont nos petits ont besoin pour grandir et qui développe les muscles et les os pour nous adultes. Mais c’est aussi la nuit quand le corps est au repos que notre métabolisme muscle nos défenses naturelles et aide notre système immunitaire à réagir en cas d’infection. Après une bonne nuit, nous voilà donc globalement plus en forme, donc plus disponibles à l’autre et même prêts à trouver des petits défis sportifs à relever, pour nous-mêmes ou en famille… Bonus pour le moral de tout le monde en ces jours de confinement.  

Donc, gym sur tapis avec notre marmaille, à chacun son challenge mixé de rigolades. Séance vélo-elliptique, fenêtre grande ouverte pour remodeler notre corps et prendre soin de nous. Parcours du combattant dans la maison avec obstacles pour nos tout-petits en quête d’aventure. Garder une saine (mais raisonnable !) fatigue physique (des idées ici) vous aidera toujours à trouver rapidement le sommeil le soir venu. Et à bien dormir.

Activites-en-interieur

 

Le sommeil : le cerveau grand vainqueur

Nos nuits sont plus que précieuses pour notre cerveau qui ne s’arrête jamais de travailler. Saviez-vous que notre mémoire se consolide pendant notre sommeil ? La connaissance s’imprègne dans nos neurones pendant que nous rêvons, avouez que c’est plaisant à savoir ! Nous avons donc tout intérêt à être vigilant et privilégier ce temps de repos. Mémoire et neurones revigorés, nous sommes plus à même de réfléchir, de prendre du recul par rapport aux événements actuels et de réagir de façon positive, voire altruiste. Voilà en quoi les initiatives qui se prennent un peu partout et qui éclairent nos journées de confinement nous réunissent et agissent pour le bien de tous. Ainsi des musiciens de renommée internationale nous livrent leur talent sur les réseaux sociaux, la culture s’ouvre à tous de façon virtuelle, des groupes tout aussi virtuels se forment pour partager des conseils, des notes d’espoir et de l’humour… Qu’il s’agisse d’idées parfois farfelues ou de projets humanistes et d’élans de solidarité qui naissent de partout, c’est toujours le bien qui jaillit du cœur et contribue à resserrer les liens de l’humanité entière…

 

Chacun de nous prend conscience de ce monde en plein bouleversement et Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, ethnologue et psychanalyste de conclure « Le changement de culture sera inévitable après la crise ». Endormons nous donc sur cette idée d’un monde meilleur en germe et sur notre façon d’y contribuer nous aussi.

Bonne nuit les colibris !