Reconnexion nature

Besoin d'une pause ? Ecoutez le chant des oiseaux de la forêt

Klaxons, métro, réveil, portable… sont vos chahuts quotidiens, il est temps d’apaiser tout cela !  Et si vous régénériez vos écoutilles en écoutant tout simplement le chant de la forêt ? Une balade dans les profondeurs de ces bois garantit le plus doux des concerts à ciel ouvert.
Entre les trilles joyeux des oiseaux, le bruissement des feuilles, le craquement des écorces, le murmure du ruisseau, le bourdonnement des insectes… Toutes ces notes se mêlent à une partition 100% naturelle. Ça fait un bien fou.

 

 Débranchez ! Et branchez-vous « forêt »… Le changement est au bout du chemin

Balade en forêt de Compiègne, Hauts-de-France.            Crédits CRT Hauts-de-France/Com des images.com

 

 

C'est décidé, on abandonne le smartphone, les écrans, le casque audio et l’on choisit de se connecter à la nature et…à soi-même.  Quand le quotidien va trop vite, les bruits de la forêt sont de ceux qui apaisent, semblables aux vibrations de l’orgue de la cathédrale. Ces sonorités quasi sacrées sont autant d’ondes positives qui viennent étayer votre équilibre pour lui redonner de la vigueur. Et c’est l’oreille affutée que vous allez vous (re)découvrir… Que vous chuchote donc la forêt ?

 

Dès les premiers pas, l’esprit vagabonde sans but, se laisse bercer et aller à la rêverie… Dans le silence de cette cathédrale verte, sur l’humus souple du sentier, vos pas eux-mêmes sont quasi silencieux, à peine le craquement de quelques branchages... Alors on écoute la respiration du vent entre les branches des cimes, on guette les rais de lumière que le soleil pousse parfois jusqu’au sol bleu de jacinthes au printemps, constellé d’anémones blanches et graciles ici et là. Dans les sous-bois de Saint Jans Cappel au cœur du Mont-Noir dans les Flandres les fleurs printanières envahissent tout un sentier !

 

Puis les oiseaux…. Que l’on ne voit pas, mais on sait qu’ils sont là ! La mésange d’abord, la première à annoncer le printemps, puis de la fauvette au rossignol, merle, grive, geai, pic, tourterelle des bois, martin-pêcheur…. Quelle agréable mélodie ! Elle respire la joie de vivre, elle inspire, elle élève, vous booste le moral… Beethoven lui doit le 2ème mouvement de la célèbre symphonie pastorale où le coucou donne la réplique à la caille et au rossignol : à(ré)écouter à la maison avant d’assister au concert gratuit sous les hêtres et les chênes de Picardie : la plus vaste forêt domaniale d’Europe !

  Mettez-vous dans l'ambiance   

 

« Auprès de mon arbre, je vivais heureux… » Georges Brassens

Et les arbres ? Ils sont majestueux, puissants ; à l’échelle d’une vie humaine, ils semblent quasi éternels, leur énergie relève du sacré. « Si vous posez votre oreille contre un arbre c’est bouleversant… il vous confie ses craquements graves, sourds ou aigus » nous dit Patrice Bouchardon dans son livre « L’énergie des arbres ». Faites l’expérience, vous allez littéralement détendre votre cerveau, éliminer son soliloque encombrant. Et surtout, prendre conscience d’une nouvelle dimension : les forêts sont peuplées d’arbres amis !


« Le carnaval des animaux » se joue aussi version Hauts-de-France

Outre les oiseaux, nos forêts ont bien d’autres hôtes, du plus microscopique au cerf imposant, en passant par la salamandre et la guêpe fouisseuse ! On choisira les rieurs à poils roux, écureuils qui se lancent d’arbres en arbres, furtifs (on n’en voit souvent que la queue en panache, ou le gros œil rond qui nous surveille… de pas si loin que ça !).

Sanctuaire de nature intacte, la forêt met l’enchantement à la portée de tous. Une parenthèse de mieux-être, accessible, à inscrire derechef dans votre calendrier. Ou sur un post-it bien en vue sur le frigo de la cuisine, pour y penser tous les jours.

 

Téléchargez le guide des bienfaits de la forêt