Savourer l'instant

Confinés ? 12 pistes pratiques pour gérer le stress et reprendre le contrôle du quotidien

Nous qui jusqu’alors étions embringués dans nos agendas de ministre, têtes baissées à fond dans le travail et l’organisation pointue de nos vies, nous faisions parfois grises mines quand le stress venait nous envahir. Ce stress-là nous le connaissions bien et cahin-caha nous avions chacun nos méthodes pour le gérer. On arrivait même à le considérer comme du « bon stress » en cela qu’il décuplait encore nos performances, obnubilés que nous étions par la quête du toujours plus.

Mais aujourd’hui tout est différent. Le stress change de nature : il résulte de notre sentiment d’impuissance face aux réalités de ce monde en détresse. Difficile pour nous d’accepter de ne pas contrôler la situation, d’accepter que la nature est plus forte, qu’une époque est révolue. Nous nous sentons inutiles, confinés et dans l’inconnu… des facteurs qui amplifient ce satané stress et nous rendent plus sensibles, vulnérables car ébranlés dans nos convictions.

Et si nous décidions de considérer cette parenthèse imposée comme une opportunité ? L’opportunité de s’interroger sur ce qu’il est essentiel de préserver dans notre vie, à savoir : notre équilibre intérieur, notre santé et celle de notre tribu, du temps pour soi, pour les autres et pour défendre les bonnes causes…Mettons donc en pratique nos vraies priorités et cela dès maintenant, une bonne façon de nous (re)mettre sur le chemin de la félicité. Pour aujourd’hui, demain et après-après-demain…

 

Guide gérer au mieux le confinement

 

1. Protégeons notre santé et celle de nos proches

En priorité gardons le cap santé ! Commençons par bien manger, sainement et équilibré en cuisinant, tous ensemble c’est encore mieux, des mets de saison produits par des artisans du coin (Adresses made in Hauts-de-France ici). Voilà un excellent moyen de s’occuper l’esprit, la perspective d’un repas partagé bien agréable… et moins de grignotage intempestif. Votre microbiote vous dira merci !

Indispensable aussi l’activité physique. En vase clos c’est plus compliqué mais n’oublions pas ce leitmotiv « bien dans son corps, bien dans sa tête ». Alors en guise des 10 000 pas par jours préconisés par l’OMS, optez pour la balade d’une heure : avec attestation de sortie dûment remplie et à moins d’1km de chez soi, certes, mais c’est l’occasion de découvrir des détails insoupçonnés de votre environnement proche.  Ajoutez un peu d’exercices sportifs indoor, avec les petits ça risque d’être rigolo ! Évitons de rester statiques : la journée doit être rythmée avec des rituels qui seront autant de repères. Une journée remplie mais non organisée, c’est le chaos, y compris dans les esprits. Encore une source de stress !

Enfin prenons soin de notre sommeil car rien ne vaut une bonne nuit dans les bras de Morphée pour se sentir en pleine forme au réveil avec un corps détendu, des forces reconstituées, les idées claires et une capacité d’analyse au top.

 

2. Allégeons nos tensions intérieures

Le yoga, la sophrologie et la méditation boostent nos états d’âme positifs et nous aident à prendre conscience que nous sommes, au fond, tous capables de faire face à l’inquiétude, l’incertitude. Tout est question de respiration (séance de sophro made in Hauts-de-France à tester ici) qui ramène le calme intérieur et nous ancre.

Apprenons aussi à nous aimer, à booster notre estime de soi en repérant, par exemple, nos petits et grands succès de toute une journée confinée, et de nous concentrer sur ces points forts le soir venu : un excellent rempart contre le stress. Alléger le mental c’est aussi trier et ranger les objets qui nous envahissent; l’énergie circule mieux dans une maison désencombrée, comme dans notre tête quand nous en avons chassé les idées parasites.

Et enfin profitons de cet isolement pour retrouver cette harmonie avec nous-même qui s’est échappée depuis si longtemps. L’introspection est une bonne méthode pour s’évader… à l’intérieur de soi quand nous ne pouvons le faire à l’extérieur; l’espace est tout aussi grand ! Laissons-nous alors guider dans ce « Connais-toi toi-même », cher à Socrate, qui nous reconnecte avec nos émotions.

 

3. Recréons du lien, vibrons, célébrons et rions ensemble !

Paradoxalement, c’est lors de cet isolement forcé que nous prenons la mesure de l’importance du lien social. Nous avons viscéralement besoin de l’autre et cette interdépendance est même… planétaire ! Alors tous les moyens sont bons pour partager ensemble de nécessaires plaisirs de vivre comme instaurer des moments conviviaux virtuels avec famille, amis par écran interposé,  multiplier nos appels pour prendre le pouls de chacun d’eux ou bien poster et échanger des blagues… Le rire, surtout le rire partagé, dédramatise les situations, resserre les liens et réduit notre taux de cortisol, l’hormone du stress !

Dans le contexte anxiogène que nous traversons, des initiatives fleurissent de toutes parts. Qu’elles émanent d’entreprises ou d’individus, elles expriment ce que l’humanité a de plus beau : la compassion et la solidarité. Et donc l’espoir, aussi, de lendemains plus chantants, plus vrais, plus justes. Le jour du post-confinement venu, plus ou moins transformés, nous savourerons chaque instant… avec un truc en plus : nous serons fiers d’avoir traversé une histoire inédite et d’en être ressortis plus forts et plus soudés.

 

 « Confinement : 12 pistes made in Hauts-de-France

pour le traverser au mieux (et prendre de nouvelles habitudes de vie) »

 

Guide gérer au mieux le confinement