Nourrir son esprit

Des jardins créés pour célébrer la paix universelle

Ce n’est pas un hasard si l’idée de réaliser des Jardins de La Paix, a germé ici, en Région Hauts-de-France, une région qui a été tant éprouvée par les quatre années de conflit de la Grande Guerre. Gilbert Fillinger, Directeur de Art & Jardins, à l’origine de ce projet évoque « un contrepoint de quiétude à la fureur des combats ». Implantés dans le prolongement des lieux majeurs de la Mémoire de la Grande Guerre, 15 jardins ont ainsi été pensés par des paysagistes, plasticiens et architectes des 35 nations belligérantes, soulignant à la fois la dimension internationale du conflit et la force de la fraternité possible. Une approche positive du devoir de Mémoire réunie en 15 jardins !

 

Des douves du château de Péronne à celles des fortifications Vauban au Quesnoy, de la Clairière de l’Armistice en forêt de Compiègne au Vieux-Craonne sur le Chemin des Dames, en passant par Arras, Thiepval, Vimy, Notre-Dame-de-Lorette ou encore à Passchendaele en Belgique, ils vous permettront de faire la paix avec tout ressentiment. Ils vous content chacun à leur manière combien la paix est salvatrice et source de bien-être.


Après avoir emprunté des sentiers sinueux à travers les sous-bois, une banquette basse vous incitera au souvenir et à la contemplation, dans la Clairière de l’Armistice en forêt de Compiègne. L’œuvre réalisée par Gilles Brusset, Marc Blume & Francesca Liggieri, très pertinemment intitulé « Le jardin du troisième train », en rappel de l’armistice signée dans le Wagon de l’Armistice restauré il y a peu de temps, célèbre le pardon des exactions générées par la guerre, est une invitation au pardon.

 

Le Chemin des Dames, et, en particulier la ville de Craonne, théâtre de combats acharnés, sont inscrits dans la mémoire collective française. Trois jardins et trois regards pour prendre conscience de la dimension internationale du conflit et pour savourer la paix universelle !

mixte  jardins de la paix

Une invitation à planter des milliers de bulbes à l’intérieur des cercles positionnés parmi les arbres qui jalonnent la crête du Chemin des Dames, à Craonne. Une façon pour le concepteur du Jardin de la Paix Allemand, Thilo Folkerts, de nous dire que la paix s’entretient quotidiennement !
Ce n’est pas un hasard si son jardin s’appelle « Cultiver la Paix ». Des couleurs changeantes dès le printemps du rouge tulipe jusqu’à une déclinaison de bleus en automne pour s’éteindre en hiver. Une émotion qui pourrait vous arracher des larmes au Jardin italien de Lorenza Bartolazzi, Luca Catalano et Claudia Clementini. Ces architectes paysagistes ont joué sur l’argile pour faire naître des larmes d’eau au cœur du jardin. Jardin marocain conçu par Karim El Achak & Bernard Depoo, également, situé à Craonne évoque l’art du jardin arabo-musulman Les Hespérides, avec sa fontaine qui se trouve à la croisée des chemins. Une incitation au voyage dans ce lieu si fortement marqué par les combats.


Vous serez transporté au Canada et ses espaces immenses plantés de floraisons qui dansent au gré du vent comme autant de drapeaux blancs à proximité du Mémorial national du Canada, à Vimy. Le Collectif Escargo a souhaité que la vie soit indéfectiblement associée à la paix. Ainsi, vous pourrez même pique-niquer à proximité du Jardin d’Eutychia, référence à la déesse grecque du bonheur, dans les douves du Château de Péronne. Un havre de paix à l’abri des regards !

Tous ces jardins vous délivrent, à leur manière, des messages de paix qui ne peuvent être que sublimés par la magie des jardins !

 

 

 

Et pour en apprendre davantage, nous avons créé spécialement à destination des familles le guide

« La Grande Guerre : comment en parler aux enfants ? »

avec 10 sites majeurs de la Mémoire des Hauts-de-France sélectionnés

pour leur capacité à capter l’attention des jeunes générations.

Téléchargez le guide La Première Guerre mondiale expliquée simplement