Nourrir son esprit

Se dépayser l’esprit : Kentridge vous emmène dans une épopée artistique essentielle

Vous avez peut-être eu l’occasion de rendre visite à William Kentridge dont les œuvres sont exposées au LaM de Villeneuve d’Ascq depuis fin février ? Si ce n’est pas le cas, vous aurez le loisir de pénétrer dans le monde foisonnant-dépaysant de cet artiste, reconnu à l’échelle internationale. En effet, l’exposition-spectacle « Un poème qui n’est pas le Nôtre » est prolongée spécialement pour vous, jusqu’au 13 décembre. Vous aurez certainement envie, après cette période de confinement où la parole forte d’un artiste engagé a été mise entre parenthèses, de renouer avec le sens, avec l’actualité d’un poème qui est, ô combien le vôtre !

En attendant, Amélie Sénot, attachée de conservation au LaM vous emmène sur les pas de Kentridge avec «Comerade Mauser ».

 

Oubliez ce que vous connaissez !

C’est le conseil de Marie-Amélie Sénot. En effet, « Comrade Mauser » pourrait dès votre première prise contact, vous dérouter. Trois têtes exécutées au fusain dont deux qui jonchent le sol, et des éléments comme en lévitation dans la stratosphère : des lunettes, des couverts, une tasse et bien d’autres choses ! Sur le côté et à gauche, une autre tête, et, en haut et en travers, comme sur une affiche de propagande de l’ex-URSS, le titre de l’œuvre qui semble déchirer la toile.

Le point commun ? Une élucubration de l’artiste sur la révolution où tout vole en éclats ! Pour la petite histoire, les trois têtes représentent des artistes révolutionnaires et Mauser est le nom du pistolet qui a servi à décimer le Tsar et sa famille.

Peu importe que vous ayez connaissance de ces faits, l’important est de vous laisser gagner par la poésie de l’œuvre. Il y a de la magie dans l’air !

 

 

Pourquoi Kentridge est ce qu’il vous faut pour vous laisser aller à la contemplation ?

La réponse, même si elle peut vous paraître évidente, est la suivante : c’est parce cet artiste, originaire d’Afrique du Sud, qui a baigné dans l’Apartheid, met en scène le Beau avec humour, violence et conviction quel que soit le médium : dessin, gravure, sculpture, tapisserie, film d’animation, performance, installation vidéo… jusqu'à vous bousculer dans vos plus intimes convictions. Devant le travail de cet artiste, tous vos sens seront sollicités. C’est une œuvre totale qui libère vos émotions !

Hegel l’explique mieux que personne :

La beauté nous fascine parce qu’elle porte du sens. Elle symbolise du sens.

 

Quand vous pourrez vous rendre au LaM, laissez-vous emporter par ses grandes fresques au fusain. Vous éprouverez deux sentiments qui pourraient vous paraître contradictoires : un geste puissant et un trait hésitant, comme exécuté avec des repentirs, des retouches constantes. Kentridge vous donne une clé de lecture :

« Le dessin permet d’éprouver les idées ; c’est une version élaborée de la pensée.

Cela ne vient pas instantanément comme une photographie.

La façon incertaine et imprécise dont s’élabore un dessin est parfois un modèle pour construire du sens. »

 

Hésitant entre figer et effacer, fixer l’image et évoquer le temps qui passe et le souvenir qui s’estompe…. Un acte poétique qui vous invite à suspendre le temps et à contempler !

De dessins en dessins, William Kentridge, deviendra inventeur d’images animées. Un hommage à Georges Méliès, pour clore le parcours de cette exposition hors- normes !

                         

 

 

 

         Un rendez-vous à noter dans vos agendas…

… et en attendant le déconfinement, à lire pour comprendre pourquoi l’art nous émeut et nous fait du bien ici

Guide d'Art Thérapie

 

 

LaM, Lille Métropole Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut

https://www.musee-lam.fr/fr

1 allée du Musée à Villeneuve d’Ascq